ICONS AND MYTHOLOGIES: THE DESIRE OF CHANGES

Artistes : Zbyněk Baladrán, Kapwani Kiwanga, Violaine Lochu, Lucie Rosenfeldová and Matěj Pavlík, Zorka Ságlová, Martin Zet.

Commissaire : Fabienne Bideaud, avec la collaboration de Bubahof.

Faire la révolution est un acte politique contestataire et réformateur. A cet acte politique, l’exposition propose une méta-pensée à travers la dimension mythologique et iconique. Ce sont des formes de constructions plus subversives et personnelles qui ne sont pas moins engagées dans des luttes identitaires et idéologiques. Il s’agit d’une part de s’approprier la réalité où la limite entre récit et fable, réel et figuré, devient floue et laisse l’espace pour donner une forme à une signification – la mythologie -, et d’autre part, aborde la question de la croyance, quand une personne et/ou un objet incarnent une dissidence, une contestation, une lutte – l’icone.

Les projets réunis dans l’exposition présentent pour certains cette construction mythologique à des fins contestataire et revendicatives ; l’avènement d’une personne qui par ses actes et sa construction personnelle devient l’image – l’icône – d’une dissidence, d’une lutte ; et s’intéressent aussi à l’action, la représentation, dans sa dimension collective. Martin Zet, dans une installation multimédia, s’intéresse à la figure de l’activiste Patrice Lumumba, homme politique congolais qui fut assassiner pour avoir mener le Congo belge à l’indépendance. Lors de recherches sur cette personnalité emblématique, il s’est aperçu que l’accès à l’information sur son histoire n’est pas la même selon la langue du moteur de recherche internet utilisé. Cette question de transmission et de variation de l’Histoire traverse le projet Leaflets & Compassions (2019) de Lucie Rosenfeldová et Matěj Pavlík qui analyse la notion perfectible de la démocratisation des médias. Où se trouvent la réalité et la vérité dans les images que l’on nous propose ? Dans une projection de vidéo – images – sons, conçues comme un poème, ils nous proposent de relire l’actualité de la révolution de velours dans l’analyse d’images produites pas des étudiants comme une contre-information, dans la région de Most, pour informer les miniers de l’actualité politique non communiqué via les médias officiels du régime. Lors d’une performance réalisée en 1970, Zorka Ságlová, s’empare quant à elle d’une légende, d’un mythe populaire dans un acte artistique engagé à revendication féministe. Laying Napkins Near Sudomer présentait environ 700 couches disposées en triangle dans un champ près de Sudomer, le site de la célèbre bataille des Hussites de 1420. L’action se réfère au folklore local racontant comment des femmes hussites ont répandu des morceaux de tissu sur un terrain marécageux pour entraver les éperons des cavaliers catholiques romains afin d’en faire des cibles faciles pour les guerriers hussites. A cette idée de croyance et d’histoires fédératrices, Violaine Lochu a conçu l’installation sonore Unchorus (2019) autour des notions de chœur et de révolution. À l’heure où le projet européen semble fragilisé (Brexit, montée des partis nationalistes…), où des mouvements de protestation disparates émergent sans pour autant aboutir à de réels changements de fond, l’installation sonore cherche à rendre compte de cette période complexe dominée par le doute, l’inquiétude, et la difficulté à faire voix commune. Pour justement dépassé l’idée du commun et de la ségrégation raciale, le musicien Sun Ra s’est crée un personnage qui dépasse la réalité pour s’encrer dans une histoire parallèle : un mythe, une légende. La vidéo The Sun Ra Repatriation Project (2009) de Kapwani Kiwanga propose un geste artistique qui a pour but le rapatriement de Sun Ra à son lieu d’origine: Saturne. Musicien de jazz mort en 1993, Sun Ra atteste provenir de Saturne et prône une philosophie «astro-black» dans laquelle il affirme son origine extraterrestre. Enfin, la vidéo Un pas en avant, deux pas en arrière (2019) de Zbyněk Baladrán est une expérience réflexive sur les dilemmes auxquels nous sommes constamment exposés. Comment peut-on correctement dans un sens politique? Comment éviter de trahir ses idéaux à différents niveaux et dans différents contextes? Comment éviter de se trahir? À travers Angela Davis, et sa tournée dans les pays socialistes, et Jiří Pelikán et sa lettre ouverte appelant au soutien des prisonniers politiques en Tchécoslovaquie, cette vidéo – nommée d’après une citation de Lénine – plonge dans notre mémoire collective. Ceci est représenté par notre modèle 3D d’un magasin IKEA. En tant que modèle de vente sans faille, mais également en tant que métaphore du processus d’oubli, il nous montre que les dilemmes sont les mêmes et ne cessent de se répéter. Seul l’environnement change avec le temps, créant de nouveaux types de pièges dans lesquels il est très facile de tomber.

Performances durant le vernissage : Intro par Martin Zet et un baril d’acide. Puis Violaine Lochu avec sa pièce Babel, Babel.

> légendes de l’exposition

Une exposition dans le cadre du Fotograf Festival #9  à Galerie AMU.

Ce projet a été soutenu par la Fondation pour l‘art contemporain et GESTOR – L‘Union pour la protection des droits d‘auteur.